peur de la vie. Pourquoi j’ai peur de tout ?

Photo noir et blanc qui exprime la peur, la recherche de protection. L’absence de couleur symbolise un sentiment négatif.

Peur de la vie, le plus grand frein au bien être, c’est la peur

Peur de la vie.

Je me lève le matin et j’ai peur de ce qui va se passer dans la journée.

J’ai peur de mourir.

D’être malade.

De devenir vieux.

De souffrir.

D’être seul.

D’être abandonné.

Qu’un proche meure.

 

À quoi sert la peur ?

Tout d’abord, avoir peur est naturel. Les peurs font partie du cerveau reptilien et sont communes avec les animaux avec qui nous partageons 4 fonctions essentielles :

  1. Se nourrir.
  2. Dormir.
  3. S’accoupler.
  4. Avoir peur.

C’est l’instinct de survie parce qu’elle le signal un danger, donc tu as peur pour préserver ta vie et aussi préserver l’espèce.

À quel moment cette peur dépasse l’aspect protection ?

Un glissement s’opère quand elle est déconnectée du réel.

Il existe, nous pourrions dire, 3 sortes de peur:

 

1/ Les peurs réelles :

Biologique, instinctive liée à l’instinct de conservation.

Exemple :

Tu es en train de traverser la rue avec ta fille et un camion fonce sur toi : directement tu vas te mettre en action pour échapper au danger.

La peur génère l’action de fuite ou le combat.

Si tu te retrouves face à un chien qui t’attaque dans un espace fermé, tu vas mobiliser ton énergie pour te défendre.

 

2/ La peur potentielle :

C’est une peur en lien avec le réel mais pas dans la réalité présente.

Exemple :

Tu fais une balade dans la montagne et il y a des éclairs au loin.  Tu es déjà en train de te dire : « Il faut qu’on rentre ou bien que je cherche un abri. » Alors qu’il n’y a rien dans le ciel pour l’instant.

 

3/ La peur imaginaire et mentale : 

C’est une peur déraisonnée, irraisonnable. On peut la résumer par : « Je le sens, il va m’arriver quelque chose ». «Cette douleur doit cacher quelque chose de grave, je le sens! »

Cette peur imaginaire ne nous met pas en mouvement ni en action. Par conséquent, elle nous paralyse, nous immobilise et nous ronge, créant ainsi notre souffrance.

Comment gérer sa peur de la vie. Les pistes

Il existe deux manières complémentaires d’aborder les peurs.

1/ Un travail de nature comportementaliste :

La peur est un symptôme, donc il va falloir se rééduquer face à ce symptôme en faisant des stratégies de sécurisation en amont, des conduites d’immersion.

Exemple de TCC d’une arachnophobie :

  1. Informer le patient sur les araignées, puis, distinguer les araignées dangereuses des araignées inoffensives.
  2. Lui apprendre à se calmer par des exercices de relaxation et des auto-instructions.
  3. Lui faire observer, puis toucher un bocal fermé contenant des araignées, laisser une araignée en liberté sur un bureau, toucher une araignée puis jouer avec, en premier lieu avec un crayon puis à mains nues, etc.

L’inconvénient de cette technique est que la peur en tant que charge énergétique peut se déplacer sur un autre objet.

Dans le cas de peurs purement imaginaires, la technique peut aussi s’avérer plus difficile à mettre en place.

 

2/ Un travail sur les causes

Dans cette méthode, il s’agit de comprendre d’où surgit la peur de la vie.

  • D’où vient t-elle ?
  • Comment s’est-elle mise en place ?
  • Quel programmation j’ai mis en place ?

Avec l’art thérapie analytique, la plupart des éléments exprimés sur le tableau artistique sont des résurgences de moments douloureux, des peurs, des émotions refoulées.

 

Quel processus adopter face à la peur de la vie ?

Le but est d’abord de l’accepter, de la voir et de la reconnaitre, pour agir ensuite.

Exemple :

« Je souffre d’être au chômage » peut cacher la peur de rester chômeur.

Ha oui je vois. Je m’en rends compte.

Je refuse de rester chômeur et le refus crée la peur de rester chômeur.

Pourquoi je refuse tant d’être chômeur ?

Cela atteint par exemple ma valeur intrinsèque d’homme ou de femme. Ou j’ai besoin d’argent pour faire vivre ma famille. Ceci crée une pression énorme et j’ai peur d’échouer.

Souvent, nous devons questionner les refus cachés en dessous de nos peurs.

L’art thérapie et le travail thérapeutique rendent la peur consciente.

Donc acceptation : je suis d’accord pour vivre cette situation.

Ensuite, l’étape de l’action pour que cela évolue favorablement.

 

Je résume:

« J’ai peur de passer un entretien d’embauche » peut cacher la peur de rester chômeur.

Si je refuse ma peur, je ne peux pas être dans une attitude sereine, cela me met une pression énorme.

Accepter sa peur et les refus sous-jacents permet de se mettre dans les conditions émotionnelles justes pour l’entretien.

L’idéal est de passer de la peur à la vigilance. Je dois être vigilant car cet entretien me demande certaines choses, je suis vigilant à les montrer.

En conclusion, il est primordial de trouver l’objet de sa peur pour pouvoir travailler dessus.

L’angoisse qui est une peur sans objet (dis autrement je ne sais pas de quoi j’ai peur, j’ai la sensation physique et émotionnel  mais pas l’objet) doit être converti en peurs.  Par exemple dans mon cas c’est au moyen de l’art thérapie, ou d’une thérapie personnelle que je travaille cela.

Puis il s’agit de travailler pour résoudre, gérer ou dépasser cette peur.

 

Existe t-il des pratiques complémentaires qui aident à gérer sa peur de la vie ?

Oui, il existe des moyens aidants comme la méditation ou la sophrologie qui permettent, par un travail corporel, sur le souffle ou la reprogrammation mentale, d’accompagner les traitements phobiques.

Nous savons que la maîtrise de la respiration lors d’attaques de panique peut s’avérer une aide précieuse.